Le kayak de mer : Un vaisseau à dimension variable

Naviguer bien accompagné...

"Partir en kayak de mer comporte une part de risque. (...) Immanquablement, le voyage en kayak de mer se conçoit de façon solidaire, une manière simple de répondre à cette impérieuse nécessité: le partage du danger et une réponse collective en matière de sécurité. Peu importe le nombre. L’entraide tient plus à la cohésion du groupe qu’à des règles préétablies.

Le dessalage et le bain consécutif mettent en difficulté le marin, devenu encore plus vulnérable hors de son embarcation. Le choc émotionnel, la perte d’énergie et l’hypothermie peuvent compromettre la suite du voyage. Son retour à bord devient une cause commune.

(...) Cette attention à l’autre, cette veille mutuelle, est spécifique à la navigation en kayak de mer, jamais bien éloignée du «un pour tous, tous pour un»."

(Extraits p.60-61)

Une destination commune FG
Une destination commune FG
L'esprit de corps  - Noatak-Alaska (DR)
L'esprit de corps - Noatak-Alaska (DR)
Bienveillance mutuelle            (SC)
Bienveillance mutuelle (SC)

"Agrégeant chaque chef de bord isolé dans son kayak, cette communauté solidarise les pagayeurs-marins autour d’une culture collective resserrée sur le kayak des origines, sur les routes ethniques et historiques du Grand Nord et redonne vie aux embarcations de construction traditionnelle."

(Extrait p.88)

Un vaisseau à la fois unique et multiple
Un vaisseau à la fois unique et multiple

... Ou compter sur soi !

"Certes, il arrive que des kayakistes chevronnés partent en solitaire, ce qui requiert davantage d’expérience. (...)

La solitude s’invite obligatoirement dans le voyage. Elle effraie bien des gens, et l’homme seul peut être perçu comme inquiétant. Or, loin de devenir un ours mal léché, le kayakiste solitaire reste disponible et ouvert. Être seul donne une totale liberté de décision et de choix et le repli sur soi n’est pas de mise. (...) Affronter les dangers, s’exposer à l’éloignement, connaître l’isolement, il semble que l’aventure se nourrisse de l’incertitude et se construise sur l’inconstance des conditions."

(Extrait p.63-65)

Seul au monde
Seul au monde
Le souci du détail ...
Le souci du détail ...
... et du bien être !
... et du bien être !

"Et dans la tente, chaque soir, sur le carnet tiré du sac, je couchais de drôles d’annotations proches du croquis, des descriptions techniques, des ambiances, de petits récits. Car le voyageur solitaire ne coupe pas les ponts. Regardez comment il accumule les traces de ses périples, comme autant de transcriptions destinées aux absents qu’il lui tarde de retrouver, pour leur raconter! "

(Extrait p.64)

Quelque soit la dimension de son voyage à la pagaie, garantir sa propre sécurité en toutes circonstances !

"Opportuniste et attentiste, j’accepte l’inconstance des conditions. car je sais qu’à trop croire à l’expérience, la  mer se charge de rappeler qu’elle n’a pas tout dit. À la surface oblongue de l’eau, la navigation est aventure et plaisir. Elle devient aussi confrontation " (...) " le moment venu, il faut être prêt."

(Extrait ¨p.49 et 54)

MISE en GARDE à l'attention du lecteur ou navigateur en herbe :

La navigation en kayak de mer ne doit rien au hasard, pour une journée comme pour randonnée itinérante.

Partir en kayak comporte une part de risque et la prudence maximale est de rigueur.

 

Prendre connaissance des textes réglementaires (6ème catégorie et  division 140) et mesurer les limites de l'éloignement du rivage s'impose. Le kayakiste en mer est, par nature, vulnérable dès que les conditions de navigation à la surface sont perturbées : apparition du vent, des courants, de la houle, mais aussi du froid, de la fatigue, des doutes, et de la baisse de moral, .... !

 

Naviguer exige de développer le sens aigûe des connaissances et de ses aptitudes face à l'inconstance des conditions. Soyons clair : ici l'expérience prime.

Retenir :

- Soyez (bien) entouré, ne partez jamais seul !

- Soyez parfaitement équipé, car votre navire en mer ne peut pas se satisfaire du bricolage et votre survie peut en dépendre,

- Soyez toujours en lien avec la terre grâce à un moyen de communication étanche,

- Soyez bien préparé : matériellement, physiquement et aussi moralement,

- Soyez prévoyant : cumuler les bonnes informations (météo, courant, nature du trait de côte,..) et envisager le parcours idéal et ses réchappes : la connaissance des abris est indispensable.

- Soyez vigilant et, en cas de déssalage,  ne vous désolidariser jamais de votre embarcation;

- Renseignez-vous avant de partir : parcourez les fiches techniques Kayak de mer,  rencontrez des pagayeurs marins expérimentés, questionnez les locaux sur zone.

Toujours à l'esprit :

- Restez humble face à la mer : sachez modifier, reporter ou renoncer à votre prériple !

 

Se préparer et s'équiper, c'est déjà naviguer ....

Et mesurer, ranger, relativiser et sous-dimensionner, c'est déjà voyager ...

Comme pour les randonneurs à vélo, le chargement fait parti intégrante du voyage : lors des préparatifs au départ biensur, mais aussi pendant l'itinérance, quotidiennement, il devient rituel !....

Un éccueil à éviter : vouloir trop s'équiper fait naitre, parfois, quelques surenchères.

Si la sécurité l'emporte sur le confort, l'indispensable doit trouver aussi sa place.

Avec le temps, les valeurs attachées à l'essentiel grandissent peu à peu, au fil des voyages successifs.

Et avec l'expérience des périples,  les attitudes proches de la simplicité (volontaire), du dépouillement, de la sobriété, prennent forme : Amenez peu, emportez trois fois rien, ... et échangez du temps, de l'écoute ... beaucoup !

PMT (Palme, Masque, Tuba) le petit plus des mers chaudes et translucides
PMT (Palme, Masque, Tuba) le petit plus des mers chaudes et translucides
VHF, bout de remorquage, compas, fusées de détresse, pagaie de secours au service de la sécurité
VHF, bout de remorquage, compas, fusées de détresse, pagaie de secours au service de la sécurité
BDC (Baterie De Cuisine)  : Cuisiner et dormir au sec, deux nécessités pour une itinérance réussie
BDC (Baterie De Cuisine) : Cuisiner et dormir au sec, deux nécessités pour une itinérance réussie

Partir seul ou  à plusieurs, mieux vaut être équipé de façon autonome...


- Une règle : emporter l'essentiel, rien que l'essentiel...

- Une astuce : plusieurs petits sacs logiquement préparés valent mieux qu'un gros sac fourre-tout !

- Une fausse bonne idée : mettre ses sacs étanches sur le pont. Le kayak est très vulnérable au vent.

- Une nécéssité : réduire ses affaires c'est bien. Prévoir la place pour les affaires collectives c'est mieux.


A bon entendeur ... salut !